L’application des mesures d’hygiène et d’asepsie au cabinet dentaire est une obligation éthique et morale pour les chirurgiens dentistes.

De récentes recommandations en matière d’hygiène et d’aseptie ont été mises en place afin d’éliminer le moindre risque de contracter une maladie transmissible entre les patients ou entre le personnel travaillant et les patients.

Ainsi des règles d’aseptie très précises entre chaque patient et meme pour chaque acte sont réalisés au cabinet afin d’assurer votre sécurité  comme :

    ¬ L’utilisation d’un savon antiseptique pour le lavage des mains par le dentiste et son assistante avant et apres chaque patient
    ¬ l’utilisation de produits à usage unique, jetés apres chaque patients : gants,aiguilles,pompes à salive, masques, plateaux ,verre, bonnets de tetiere.
    ¬ l’ultlisation de lunettes de protection , de blouses lavées séparemment du linge normal , voir de blouses à usage unique.
    ¬ le nettoyage et la décontamination des surfaces de travail(scialytique, fauteuil, plans de travail, poignées de tiroirs, crachoir) entre chaque patient
    par lingettes désinfectantes et spray désinfectant, afin d’éviter tout risque de contamination croisée
    ¬ la stérilisation soignée de tous les instruments stérilisables (miroirs, sonde,précelle,spatule de bouche et autres)respectant plusieurs étapes de la chaine de stérilisation parmi lesquelles :

    • Décontamination immédiate par immersion dans un liquide aux normes
    • Lavage des instruments dans le thermo désinfecteur
    • Décontamination interne sous pression pour les turbines et autres instruments rotatifs
    • Séchage des instruments
    • Mise sous sachet et stérilisation sous pression dans un autoclave au norme( série B).
    • Tous les instruments sont conservés de façon stérile dans des sachets à usage unique du patient
    • Les aiguilles, compresses ou débris d’amalgame  sont collectés par une société spécialisée dans le ramassage des déchets médicaux.
        ¬ la vaccination de tout le personnel soignant contre certaines maladies très contagieuses comme l’hépatite B et la réalisation de questionnaires médicaux précis révélant d’éventuelles pathologies sur les patents.